Le noir par Jean-Paul Villermé


poème précédent - poème suivant


De son Afrique noire,
Jadis terre d'esclaves,
Aux trottoirs de la rue Saint-Denis
Dans la capitale
Des droits de l'homme,
La jeune africaine
Va
Son chemin de servitude.
Entre les souteneurs
Blancs
Et les marchands d'esclaves,
Ses frères noirs,
Son corps n'est qu'une marchandise
A l'étal du capitalisme.
Plus de Victor Schoelcher
Que des flics ripoux,
Des politiciens véreux,
Soumis au fric.
Ici,
Même le macadam
Est noir !

Jean-Paul Villermé

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Colère