La Loire par Jean-Paul Villermé


poème précédent - poème suivant


C'est une grande dame, étrange et souveraine
Qui traverse la France, irrigue les coteaux,
Puis caresse les pieds des manoirs et châteaux
Dans le cadre enchanteur de la blanche Touraine !

Le long de la falaise où nichent des maisons,
C'est là qu'un jour naquit ma langue maternelle.
Le fleuve en est gardien, telle une sentinelle,
Un rempart permanent contre les trahisons !

A Saumur, elle arrive en province angevine
Dont les vives couleurs, comme l'or des genêts
Et le blanc des tuffeaux, valent bien les sonnets
Qu'écrivit du Bellay sur sa terre divine !

Au fil de son courant, de ses cheminements,
Quelquefois virulente ou tendre poétesse,
La belle suit sa route avec délicatesse
Parmi douceur et calme ou bien déchirements...

Puis sortant de l'Anjou pour gagner l'Atlantique
Elle finit sa course au parcours épuisant.
Dissoute dans la mer, prise par le jusant
La Loire meurt avec mon rêve poétique !

Jean-Paul Villermé

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Tragique