Filius par Epervier


poème précédent - poème suivant



Filius*

J’avais un fils, grand et fort
Qui déambulait avec renfort
Mon fils, d’une allure sympathique
Au visage fort angélique.


J’avais un fils qui mordait la vie
Parcourant à satiété les intempéries.
Mon fils ruisselait d’amour,
Un regard sans discours.


J’avais un fils, au corps splendide,
Loin d’être stupide.
Mon fils adorait l’ingénue
Trottinant sur la rue.


J’avais un fils, émouvant et pleureur.
Ses bras, d’une force remplie de chaleur.
Mon fils se cambrait à l’injustice
Par crainte des précipices.


J’avais un fils, honneur à son pays.
La droiture à l’indépendance d’ici.
Mon fils, porteur d’un drapeau,
D’une parole avec écho.


J’avais un fils, solitaire et discret
Humant l’air, entouré de paix.
Mon fils vieillissait avec sagesse
Éloignant de viles paresses.

* * *

J’avais un fils, aux bras puissants
Offrant sa force aux chancelants.
Mon fils n’est plus, malheureusement.
Un accident de voiture l’a fauché dans le sang.


André, épervier.

*Filius, du mot latin, fils.


Epervier

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - ce jour