Rayon de lune par Monia


poème précédent - poème suivant


Sonnez cloches à toutes volées !...

Tourbillonnez follement dans l'air léger !

A l'aube de ce jour le héraut d'armes nous est venu proclamer

Une grande nouvelle qui assitôt s'est répandue dans toute la vicomté !



Jouez trompettes! ... Dans notre beau pays résonnez !

Cette nuit notre bonne vicomtesse d'un héritier a enfanté.

Enfant splendide, joyau de tout un peuple espéré...

Merveilleuse offrande de quatre années désirée !




Dansez... Assourdissez chacun joyeux carillons !

Tous ensemble prions pour le tendre enfançon !

Dans un bercel de bois sculpté il repose, fragile poupon...

Aussitôt ondoyé et emmailloté jusqu'au col...* Dieu ! Quel beau petit garçon !



Enfant béni de Dieu... Innocent nouveau-né...

Grand sera ton destin ! Dans sa clémence le Ciel te le promet !

De l'amour de tes illustres parents tu ne pourras manquer

Dame Agnès est toute bonté... Messire Raimond un parfait chevalier !



Gracieux jouvenceau au joues rondes et aux yeux bleus entrouverts,

Que serres-tu si fortement dans ta petite main ?

Quelque boucle dorée arrachée à ta mère ? Quelque jouet offert ?

Quelque chiffon de laine ou bien quelque joli pantin ?



Ne te crispe point tant... Dors... Laisse-toi mener près d'une dune !

Bientôt entre tes cils t'apparaîtra le rayon d'argent de la lune...

Alors tu te détourneras de ton oreiller de plumes...

Et l'amour de ton peuple parviendra à tes oreilles minuscules,

Tendrement égréné par les notes magiques et pures de la flûte !






* Pendant plusieurs siècles les bébés étaient étroitement emmaillotés, bras et jambes totalmenent emprisonnés. On pensait ainsi leur éviter tout risque de malformation.



Monia

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - espoir