A mes Neveux et Nièces par Eowenn


poème précédent - poème suivant


Ecoutez murmurer, dans les Couloirs du Temps,
Les âmes des Seigneurs et Princes de jadis;
Entendez le pas lourd du cheval des Trois Fils
Et le tendre frisson du Buisson des Amants...

Au faîte des grands pins chante le vent du Nord,
Et bruisse dans les eaux la fureur océane;
Ce choeur souffle la peur dans le coeur du profane
Mais grave au fond de moi ses sauvages accords.

Respirez, mes Enfants, l'air de la Liberté,
Voyez, haut dans l'azur, l'envol de l'Hirondelle;
Admirez le ballet gracieux de son aile,
Arabesque de ciel et de fragilité;

Dans l'aube frémissante encore de rosée,
Sentez sur votre peau la brise matinale;
Et dans la brume épaisse aux gouttes de cristal,
Caressez la prairie d'émeraudes parée...

Il est si doux d'aimer ces choses éphémères,
Si doux de contempler la Beauté dénudée!
Pourquoi donc en priver nos yeux émerveillés?
Laissons flâner notre âme au long de l'Univers,

Comme nous flânerions au long d'un ruisselet.
Ces instants d'émotion, de douce plénitude
Seront en votre vie l'unique certitude;
Le reste vit un temps, puis s'envole à jamais...


Eowenn

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde