Pelléas par Eowenn


poème précédent - poème suivant


Dans le froid pénétrant d'une nuit enneigée
Se lève le rempart de velours cramoisi;
Les trois coups, les bougies, et la scène reluit
D'un faste de grand soir dans l'opéra muet.

Soudain, comme un ressac, un souffle ténébreux,
Un murmure léger sorti du fond du Temps
Vibrant d'un doux espoir, frissonne et se répand,
Noyant le pâle émoi d'un jour terne et brumeux ;

Une voix grave et chaude, un peu mélancolique,
Un regard, un regret dans l'ombre d'un sourire,
Le chanteur met à nu son rôle nostalgique
Et lui donne la vie qui naît de son plaisir;

Douce virilité, Prince d'un soir hélas,
Haute taille courbée pour tes sujets ravis,
Ta voix brûle en mon coeur comme une aube infinie;
Un éternel instant, j'ai aimé Pelléas...


Eowenn

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde