Spleen par Eowenn


poème précédent - poème suivant


Dans l’encre de l’éther disparaît une étoile,
Poussière de lumière éteinte au gré du flot ;
Au fond de l’Orient, là-bas, entre les vaux,
Un nuage sanglant s’étire en un long voile.

C’est une nuit de plus qui vient d’être vaincue,
Sans lune, entrecoupée d’averses éphémères ;
C’est une nuit de plus que l’on passe à refaire
Ces moments oubliés ou pas assez vécus…

Un mot qu’on dit trop bas, ou que l’on n’entend pas,
Un mot qu’on ne dit pas quand on l’aurait voulu,
Ce que l’on ne sait pas ou que l’on n’a pas vu,
L’histoire qu’on écrit un peu plus chaque fois....

Vingt ans de doux bonheurs, d’insignifiants regrets
Dont on rit à présent mais qui furent profonds ;
Vingt ans de compromis, vingt ans de décisions,
A voir vers le lointain partir ceux qu’on aimait ;

Ce n’est pas un chagrin, tout juste une émotion
Présente au fond du cœur comme un désir amer,
Parfum de souvenirs et de frissons d’hier
Qu’on a laissés s’enfuir au vent de nos passions…

Lorsqu’enfin le sommeil, dans ses bras rassurants,
Vient nous cueillir au seuil de nos grises pensées,
Rien ne subsiste plus qu’une brume endeuillée,
Rien ne reste pourtant de nos émois d’Avant


Eowenn

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde