BAL MUSETTE par Jacques Myrat


poème précédent - poème suivant



Gueule l'accordéon et tourne la java
Dans la chaude vapeur qui remplit le bastringue,
S'irise le mousseux et dansent les soldats
Quand la nuit à Cambronne on va faire la bringue.

Cambronne aux petits bals, Waterloo des vertus
Qui ne résistent pas à la valse musette,
Aux offres d'un galant tes charmantes fillettes
Jamais comme ton général n'ont répondu.

Mais cet accordéon égrenant ses arpèges
Evoque pour mon coeur de plus doux souvenirs :
Je revois tes grands yeux embués de plaisir
Et ton corps mince et chaud à la pâleur de neige.

Gueule l'accordéon et tourne la java,
S'irise le mousseux au verre qui scintille,
Une larme est tombée dans le vin qui pétille
Car la rousse aux grands yeux que j'aimais n'est plus là.

Jacques Myrat.

Jacques Myrat

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - fin