Le deuil par Piwi


poème précédent - poème suivant


Un envoûtement soudain,
Une manie déroutante qui poussait ses yeux à regarder,
Obnubilés par le désir ardent,
Les jolies courbes de celle qu’il avait séduite auparavant.

Il allait et venait, tel un érotomane fasciné par les plaisirs charnels.
Il errait dans les issues les plus profondes de son être,
Il affectionnait plus particulièrement son doux parfum
Qui défilait assurément l’interminable courbure de ses reins.

Un flottement de désir le long de l’échine,
Le cœur palpitant au point ne plus pouvoir résister,
Indubitablement épris de cette envie impériale,
Il oubliait son âme dans les recoins et les contours de sa bien-aimée,
Ce harcèlement incandescent dont il était la proie indomptable
Lui laissait un billet en partance pour de nouvelles contrées,
Tout en lui susurrant, qu’il ne s’en passerait jamais.


Piwi

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème La mort