Tu étais mon espoir par denis62


poème précédent - poème suivant


Tu étais mon espoir


A l'instant que je t'ai rencontrée, j'ai cru en toi,
Tu m'as aidé à renaître, et à trouver ma voie,
En me redonnant l'espoir à vivre une autre vie,
M'apprenant l'éternité, la spiritualité sans l'agonie,
Jour après jour, j'ai retrouvé ma force, ma joie dans mon étoile.

Je ne marchais plus, je rampais, autour de moi je voyais mes ancêtres,
Je ne vivais plus, je sombrais, il ne me restait plus qu'à disparaître,
Au moment ou tout était fini, ta venue est venu transformé mes frontières,
Mes yeux se sont à nouveaux ouverts, pour moi tout était lumière,
Et à ce moment là, mon âme est redescendue sur terre.

Soudain, un seul mot a détruit tout, en si peu de temps,
Je croyais à ma sensibilité avisée mais tout était néant,
Mais mon cœur s'est refermé sur un chagrin satire,
La douleur a des milliers de visages, que je ne peux plus retenir,
Mon miroir reflète des différentes images, d'un lointain souvenir.

Plaisir d'un soir et puis la tristesse du lendemain sans fin,
Aujourd'hui, je recherche à tout prix mon vrai destin,
Me sentant seul, désemparé, je recherche un autre chemin,
Je songe en cette nuit noire ou ma vie est une routine,
Mes rêves me paraissent illusoires, je reste désespéré à l'infini.

J'ai puisé en toi toute la rage de vaincre toute ma haine,
Et j'ai trouvé enfin une épaule solide pour pleurer ma peine,
J'ai trouvé en toi une douceur infinie et un immense réconfort,
J'ai cru pouvoir me reposer trop souvent sur toi, j'ai eu tort,
J'ai gardé toutes mes souffrances, toutes mes désillusions.

En cette nuit, je ne voudrais plus exister en cet univers,
Je veux m'enfuir loin, et fermer les portes de l'enfer,
Mais comment arriver à m'évader, de ce monde austère?
Je me sens chavirer doucement et surement dans la détresse
Que mes larmes qui coulent soient comme un aveu, une confesse.






Cuvilliez Denis 27 Septembre 2008


denis62

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - ce jour