Eloge nocturne par HaPPy-DeaD


poème précédent - poème suivant


Minuit, ce soir la Lune est pleine,
Tel mon cœur envahi de peine.
Par des nuages elle est lueur,
Tel mon minois cachant mon cœur.

J’en ai le souffle laconique,
De revoir ma seule et unique.
Elle qui est si édifiante,
Au cours de chaque instant me hante.

Son doux regard est si profond
Qu’il voit mon authentique fond.
Elle, Aphrodite de mes nuits,
Muse de toutes mes envies.

Bien que nos coutumes diffèrent
Je la suivrai jusqu’en Enfer.
Même si nos peuples divergent
Je sais qu’au moins nos cœurs convergent.

Bien que la voix ne nous saisisse
Nos sentiments nous réunissent.
C’est ainsi que je le ressens,
Si heureux d’être son amant.

Toujours de rêver je ne cesse,
Amoureux de cette déesse.
Au plaisir simple ouvrant mon cœur,
Il est léger comme une fleur.

Plongé dans une si douce ivresse
Je me sens rempli d’allégresse,
Mon souffle s’est arrêté,
Ma promise vient d’arriver…


HaPPy-DeaD

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Autobiographie